Lèche-Vitrine

Lèche-Vitrine

Idée originale et conception : Lile Cargueray et Magali Domec

Note d’intention

La consommation est devenue une pratique culturelle ; les magasins, des centres de loisirs. Les vitrines sont de petits mondes fabriqués en carton pâte où tout est faux où les slogans et autres dispositifs marketing participent à la construction d’une image préfabriquée du bonheur. Investir un de ces lieux d’activités commerciales permet de détourner l’acheteur de son activité, le passant de sa route, et d’en faire des spectateurs malgré eux.

Comme des caméléons, nous prenons place dans l’espace public en transformant des boutiques vides. Commerçants et habitants sont partie prenante de l’aventure. Le spectacle se construit pendant une semaine, à vue, autour du thème de la vie dans la cité et des liens qui existent entre les gens. Le projet Lèche-Vitrine est une occasion parfaite pour déjouer la banalité du quotidien.

La transparence de la vitrine offre un espace pictural auquel se superpose le reflet du spectateur : c’est le lieu privilégié de l’identification. La vitrine constitue donc tout à la fois un terrain de jeu, un laboratoire mais également un espace où les artistes peuvent proposer une critique de la société contemporaine.

Le spectacle

Prenez un quartier commerçant ou anciennement commerçant, c’est encore mieux !
Choisissez trois vitrines vides ou en activité.
Équipez-les d’un dispositif sonore.
Diffusez une bonne petite bande son commerciale.
Ajoutez trois comédiennes mûres, un régisseur tout en muscle, et payez-vous une bonne partie de Lèche-Vitrine !
Trois vitrines, trois humains, trois produits de demain.
Les clients déambulent librement de vitrine en vitrine à l’affût de la bonne affaire.

Voir le dossier du spectacle

Répétition publique 21 octobre 2015 – Crédit photos Simon Jourdan